Connexion...
 Liste des membres Membres : 35

Votre pseudo :

Mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]


Membre en ligne :  Membre en ligne :
Anonyme en ligne :  Anonyme en ligne : 1

Total visites Total visites: 79200  

Record connectés :
Record connectés :Cumulé : 28

Le 27/10/2016 @ 05:15


Webmaster - Infos
Présentation A.R.M

Fermer Fonctions A.R.M

Fermer Missions A.R.M

Fermer Requis ARM

Fermer Rôle A.R.M

Fermer VIDEO

Garde-Puy-de-Dôme

croix.gif

Garde pharmacie

 

Bronchiolite Auvergne

bronchiolite1.jpg

Garde Bronchiolite

Bienvenue sur A.R.M SAMU 63

crbst_IMG017_5B01_5D.jpg


Les 3 dernières nouvelles


Menace terroriste - par Mig6315 le 30/11/2016 @ 17:27

Source LAMONTAGNE Centre France.

Sécurité : le Samu 63 intègre la menace terroriste

Bien sûr, Clermont n’est pas Paris. Mais même si le risque d’attentat est moins élevé dans le Puy-de-Dôme que dans la capitale, la menace existe. Les équipes du Samu 63 se préparent en conséquence.

formation-samu-63-en-cas-d-attaque-terroriste_2634799.jpg

Ambiance studieuse, mardi matin, au premier étage de la base du Samu 63, sur le site du CHU Gabriel-Montpied. Une vingtaine de médecins, infirmiers et ambulanciers sont rassemblés dans une salle pour une formation dédiée au « damage control ».

Ce concept anglo-saxon (« contrôle des dégâts » en français) désigne une stratégie de prise en charge urgente de traumatisés graves. La doctrine, issue du monde militaire, n’est pas nouvelle. Mais elle s’est imposée à tous depuis les attentats successifs qui ont frappé la France en 2015. « L’idée de base, c’est d’aller à l’essentiel, d’assurer les fonctions vitales de chaque victime et de “ramener” très vite au bloc opératoire », résume Paul-Henri Gendre, responsable de l’unité fonctionnelle Smur et prof du jour.

« En cas d’attaque, rien ne sera comme d’habitude »
Face au risque de blessés multiples par armes de guerre – type bombe ou kalachnikov –, le médecin appelle ses troupes à sortir des schémas classiques d’intervention. « En cas d’attaque terroriste, rien ne sera comme d’habitude, prévient-il. Vous aurez des cas de membres arrachés, de multiples blessures par balles, etc. Un Smur (*) s’occupe en temps normal d’une victime. Là, vous pouvez avoir à gérer simultanément une urgence absolue et cinq ou dix urgences relatives. Tout est démultiplié. On ne peut plus passer trois heures avec chacun ».

Dans ce cadre très particulier, une priorité s’impose aux blouses blanches du Samu : contrôler au plus vite et le mieux possible une ou plusieurs hémorragies. « L’exsanguination est la cause principale de mortalité lors d’un attentat, précise le docteur Gendre. Les premiers gestes doivent viser à stopper les saignements et éviter la contamination bactérienne ».

Garrots et pansements hémostatiques

Depuis décembre 2015, le Samu 63 est donc doté de garrots « tourniquets » et de pansements hémostatiques. Les premiers se posent de façon classique à la racine du membre touché. « Il faut tourner la petite manivelle jusqu’à ce que ça fasse mal et comprimer assez fort pour que le sang arrête de couler », rappelle Paul-Henri Gendre. Les pansements hémostatiques, initialement destinés à l’armée US, se présentent sous forme de longues bandes imprégnées d’un puissant anticoagulant. « Vous dépliez peu à peu et vous bourrez la plaie », détaille le formateur, images et vidéos à l’appui.

"Le pire n'est jamais décevant"

La session s’achève sur la projection d’un reportage tourné au plus près des sapeurs-pompiers de Paris, lors des attaques de novembre 2015. Dix minutes au cœur du drame et du dispositif médical, dans l’un des bars pris pour cible par les terroristes. « On est à Paris, mais on se croirait en Afghanistan. Il faut désormais s’attendre potentiellement à ce type de configuration. Apprenez à être surpris, car le pire n’est jamais décevant », insiste le formateur.

En l’espace de deux heures, les grands principes d’intervention sur un site d’attentat ont été évoqués. Les bases sont posées. « Des lésions comme celles provoquées par une kalachnikov, on ne les rencontre pas dans notre activité courante. On sait faire, il faut juste s’y préparer et s’équiper en conséquence », conclut Paul-Henri Gendre.

Certains participants à la formation auront très vite l’occasion de réviser les consignes et conseils dispensés hier : pour chacun des quatre matches de l’Euro de football organisés à Saint-Etienne, une équipe du Smur de Clermont-Ferrand sera déployée en renfort aux abords du stade Geoffroy-Guichard. La menace sera alors bien réelle.

Stéphane Barnoin

 

... / ... Lire la suite


Lumière sur un travail méconnu - par Mig6315 le 13/01/2016 @ 18:17

L'Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et en sécurité du travail (l'IRSST), à la demande de l'Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur affaires municipales, s'est intéressé aux problèmes de santé des préposés ( ARM ou Permanencier) des centres d'appels d'urgence 9-1-1 ( N°15 - 112 en France). Ce travail méconnu comporte des enjeux particuliers encore peu documentés dans la littérature scientifique. Cette vidéo les met en lumière.

 

... / ... Lire la suite



^ Haut ^