En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
Vous êtes ici :  Accueil
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...

Bienvenue

gylogo.gif

ARM SAMU 63

crra.jpg
 

A ce jour, nous sommes environ 2 200 Assistant de régulation médicale (ARM) à répondre aux quelque 30 millions d'appels que reçoit le Service d'aide médicale urgente (Samu) par an. Des femmes et des hommes qui ne sont pas considérés comme des personnels médicaux en soit, exerçant toujours sous l'autorité d'un médecin régulateur, mais nous représentons pourtant le premier maillon de la chaîne de secours pré-hospitaliers. Interlocuteur privilégié de toute personne qui compose le 15 (numéro réservé aux urgences) ou le 112 (le numéro européen unique) sur son téléphone, l'assistant de régulation médicale (ARM) du Samu accueille, écoute et analyse les appels dans les plus brefs délais, prenant soin de les localiser de façon précise.

Ecoute et orientation

Un questionnaire bref, précis et dirigé nous permet de hiérarchiser l'urgence parmi les différents appels reçus. Après s'être assuré que chaque personne ait été écoutée, l'ARM du Samu, toujours en lien avec un médecin régulateur de l'entité, contacte le service hospitalier, le médecin traitant ou encore les sapeurs-pompiers pour la prise en charge du patient. Dans l'Hexagone, on comptabilise 103 Samu au total. Celui de Paris régule aussi les appels en provenance des lignes TGV et des avions d'Air France en vol, quand l'instance de Toulouse se charge de réceptionner les appels en mer.

Un appel au Samu, trois options

Selon le référentiel et guide d'évaluation des Samu centres 15, l'ARM fait face à trois options lorsqu'il reçoit un appel d'urgence. Dans les cas les plus graves, il déclenche immédiatement l'intervention des secours, avant même de transférer l'appel de manière prioritaire. Dans les situations considérées comme moins urgentes par rapport à d'autres, et sans risque pour le patient, il place la régulation en attente. Pour une situation dont le niveau d'urgence est évalué entre ces deux cas, il dévie l'appel de façon prioritaire au service le plus adapté (pompiers, médecin traitant etc.).  Selon les référentiels nationaux, l'activité moyenne d'un ARM du Samu (et d'un médecin régulateur) ne devrait pas dépasser six dossiers de régulation par heure. Mais selon les départements et les effectifs en place au sein des différents Samu, des écarts considérables existent : dans les mieux pourvus, un ARM dispose de 57,3 minutes par dossier, quand les moins bien dotés voient ce temps réduit à moins de deux minutes.

Assistant du médecin régulateur

L'ARM du Samu s'assure encore de surveiller à chaque instant la position et la destination des intervenants, de recueillir les bilans secouristes et de prévenir, à la demande du médecin régulateur, les structures d'accueil de leur arrivée. Il doit également assurer la maintenance des divers matériels (téléphonie, informatique, radiocommunication). Il est en quelque sorte l'assistant du médecin régulateur. Comme le précise le ministère de la Santé sur son site internet, l'assistant de régulation médicale du Samu n'est pas considéré comme un médecin à part entière et devrait toujours exercer sous l'autorité d'un médecin régulateur, ce dernier se devant de coordonner la prise de décision, l'engagement des moyens et le suivi des interventions.

---> Comment devenir ARM cool

Lire la suite Lire la suite

gylogo.gif

ARM SAMU 63

crra.jpg
 

A ce jour, nous sommes environ 2 200 Assistant de régulation médicale (ARM) à répondre aux quelque 30 millions d'appels que reçoit le Service d'aide médicale urgente (Samu) par an. Des femmes et des hommes qui ne sont pas considérés comme des personnels médicaux en soit, exerçant toujours sous l'autorité d'un médecin régulateur, mais nous représentons pourtant le premier maillon de la chaîne de secours pré-hospitaliers. Interlocuteur privilégié de toute personne qui compose le 15 (numéro réservé aux urgences) ou le 112 (le numéro européen unique) sur son téléphone, l'assistant de régulation médicale (ARM) du Samu accueille, écoute et analyse les appels dans les plus brefs délais, prenant soin de les localiser de façon précise.

Ecoute et orientation

Un questionnaire bref, précis et dirigé nous permet de hiérarchiser l'urgence parmi les différents appels reçus. Après s'être assuré que chaque personne ait été écoutée, l'ARM du Samu, toujours en lien avec un médecin régulateur de l'entité, contacte le service hospitalier, le médecin traitant ou encore les sapeurs-pompiers pour la prise en charge du patient. Dans l'Hexagone, on comptabilise 103 Samu au total. Celui de Paris régule aussi les appels en provenance des lignes TGV et des avions d'Air France en vol, quand l'instance de Toulouse se charge de réceptionner les appels en mer.

Un appel au Samu, trois options

Selon le référentiel et guide d'évaluation des Samu centres 15, l'ARM fait face à trois options lorsqu'il reçoit un appel d'urgence. Dans les cas les plus graves, il déclenche immédiatement l'intervention des secours, avant même de transférer l'appel de manière prioritaire. Dans les situations considérées comme moins urgentes par rapport à d'autres, et sans risque pour le patient, il place la régulation en attente. Pour une situation dont le niveau d'urgence est évalué entre ces deux cas, il dévie l'appel de façon prioritaire au service le plus adapté (pompiers, médecin traitant etc.).  Selon les référentiels nationaux, l'activité moyenne d'un ARM du Samu (et d'un médecin régulateur) ne devrait pas dépasser six dossiers de régulation par heure. Mais selon les départements et les effectifs en place au sein des différents Samu, des écarts considérables existent : dans les mieux pourvus, un ARM dispose de 57,3 minutes par dossier, quand les moins bien dotés voient ce temps réduit à moins de deux minutes.

Assistant du médecin régulateur

L'ARM du Samu s'assure encore de surveiller à chaque instant la position et la destination des intervenants, de recueillir les bilans secouristes et de prévenir, à la demande du médecin régulateur, les structures d'accueil de leur arrivée. Il doit également assurer la maintenance des divers matériels (téléphonie, informatique, radiocommunication). Il est en quelque sorte l'assistant du médecin régulateur. Comme le précise le ministère de la Santé sur son site internet, l'assistant de régulation médicale du Samu n'est pas considéré comme un médecin à part entière et devrait toujours exercer sous l'autorité d'un médecin régulateur, ce dernier se devant de coordonner la prise de décision, l'engagement des moyens et le suivi des interventions.

---> Comment devenir ARM cool

Fermer Fermer

La dernière nouvelle

Une prime mensuelle de 120 euros brut pour les assistants de régulation médicale

capture_3765123.jpeg

Les futurs titulaires du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale, dont la formation a été créée en réponse à la mort de Naomi Musenga, une jeune femme que le Samu avait refusé de prendre immédiatement en charge, bénéficieront d’une prime mensuelle de 120 euros brut pour un temps plein, selon un décret et un arrêté publiés ce mardi au Journal officiel.

A titre transitoire, cette prime sera également versée, dès novembre, aux agents déjà en activité entre novembre et le 31 août 2020, ces derniers ayant jusqu’au 31 décembre 2026 pour obtenir le diplôme, selon le décret. Par ailleurs, « le montant de la prime est fixé proportionnellement au temps consacré à l’exercice » de la fonction d’assistant de régulation médicale pour ceux qui ne travailleraient pas à temps plein, précise le texte.

Une formation spécifique obligatoire

Les assistants de régulation médicale (ARM), les opérateurs traitant les appels au 15, s’étaient retrouvés au cœur d’une polémique après la mort en décembre 2017 d’une femme de 22 ans, Naomi Musenga, dont l’appel au Samu de Strasbourg n’avait pas été pris au sérieux par son interlocutrice. En réponse à ce drame, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait annoncé en janvier la mise en place d'une formation spécifique obligatoire d'un an pour les ARM  à partir du 1er septembre.

Lire la suite Lire la suite

Une prime mensuelle de 120 euros brut pour les assistants de régulation médicale

capture_3765123.jpeg

Les futurs titulaires du nouveau diplôme d’assistant de régulation médicale, dont la formation a été créée en réponse à la mort de Naomi Musenga, une jeune femme que le Samu avait refusé de prendre immédiatement en charge, bénéficieront d’une prime mensuelle de 120 euros brut pour un temps plein, selon un décret et un arrêté publiés ce mardi au Journal officiel.

A titre transitoire, cette prime sera également versée, dès novembre, aux agents déjà en activité entre novembre et le 31 août 2020, ces derniers ayant jusqu’au 31 décembre 2026 pour obtenir le diplôme, selon le décret. Par ailleurs, « le montant de la prime est fixé proportionnellement au temps consacré à l’exercice » de la fonction d’assistant de régulation médicale pour ceux qui ne travailleraient pas à temps plein, précise le texte.

Une formation spécifique obligatoire

Les assistants de régulation médicale (ARM), les opérateurs traitant les appels au 15, s’étaient retrouvés au cœur d’une polémique après la mort en décembre 2017 d’une femme de 22 ans, Naomi Musenga, dont l’appel au Samu de Strasbourg n’avait pas été pris au sérieux par son interlocutrice. En réponse à ce drame, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait annoncé en janvier la mise en place d'une formation spécifique obligatoire d'un an pour les ARM  à partir du 1er septembre.

Fermer Fermer


Vous êtes ici :  Accueil
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...

ZONE MEMBRES


Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  Nombre de membres 25 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!

Lettre d'information

Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.

Avant de soumettre ce formulaire, veuillez lire et accepter les Mentions légales.

J'accepte :
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!